En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

La collection de bois est entrée au muséum en 1872 lors de la direction d'Édouard Dufour. Par l'intermédiaire d'Édouard Bureau, professeur de la chaire de botanique au muséum de Paris, Dufour a connaissance de la vente d'une collection de bois, prélevée en double par le menuisier chargé de préparer celle du muséum national.

Édouard Dufour (1829-1882)edufour.jpg  e_bureau.jpg Édouard Bureau (1830-1918)

    Au conseil municipal du 17 juin 1872, " M. le Maire donne lecture d'une lettre du Directeur du Muséum d'histoire Naturelle qui demande au Conseil d'acquérir une collection de bois de toute provenances provenant de la succession Leferme de Paris. Cette réunion des bois qui ont paru dans le commerce depuis quarante ans comprend huit mille espèces représentées par plus de vingt mille spécimens, M. Dufour croit que cet achat pourrait se négocier pour la somme de 3 à 4000F d'après les renseignements que lui donne le docteur Édouard Bureau de Paris… ".

Cependant la municipalité n'a pas jugé bon d'acquérir cette collection comme le signifie la lettre du 18 juin 1872. Dufour a alors utilisé un fonds de réserve géré par la commission de surveillance du muséum de Nantes et a pu ainsi acquérir la collection pour 1000 F.
En octobre il demande à Edouard Bureau de servir d'intermédiaire " …je vous prie de bien vouloir traiter l'affaire en votre nom…sans indiquer la destination définitive… "
Le 20 octobre il accuse réception du catalogue " …j'oubliais de vous accuser réception du catalogue. Le nombre des espèces déterminées ne me paraît pas aussi considérable qu'on aurait pu le penser et ne dépasse pas, si je ne me trompe 3 ou 4000 bois, enfin c'est déjà beaucoup et le muséum de Paris n'en renferme peut être pas beaucoup plus, c'est donc pour nous une très bonne affaire… ".

1875a.jpgLe 24 octobre 1872, Edouard Dufour définit les termes exacts du reçu à faire établir par le vendeur, un certain A. Dazy.
La collection est d'abord livrée chez un des membres de la Commission de surveillance, Louis Bourgault Ducoudray, soit par souci de discrétion vis à vis de la municipalité, soit parce que l'aménagement du muséum ne permettait pas d'accueillir la collection Place de la Monnaie.

< Inauguration du Muséum. Place de la Monnaie en Août 1875
    

 Ce n'est qu'en 1875 que Dufour s'occupe de cette collection : " je vais déballer et étaler dans les tiroirs pour le classement, la collection de bois … l'humidité de la remise de M. Bourgault Ducoudray dans laquelle elle a passé un hiver a fait moisir et décoller bien des étiquettes. D'autres ont été enlevées et déchirées par frottement pendants les transports… "

 

echantillon90.jpgLe 20 mars 1878, Dufour faisant l'historique du Muséum décrit deux salles en enfilade dans l'aile gauche du premier étage " la première renferme actuellement une splendide collection de bois en coupes longitudinales et transversales formée en partie d'échantillons similaires de ceux du muséum de Paris et qui vient pour l'importance immédiatement après celle de notre grand établissement national… "
Il a l'intention de transformer la deuxième salle en salle de botanique et d'y présenter, outre la bibliothèque spéciale, les graines, les fruits, les herbiers et la collection de bois.
Ce projet n'aboutira pas car, dans un rapport de 1883, son successeur, Louis Bureau, après avoir décrit les collections de botaniques note : " La salle de l'aile gauche destinée à devenir la galerie de botanique et dans laquelle toutes ces richesses sont entassées, n'est pour le moment qu'un véritable grenier. "

gingko2.jpgDix sept ans plus tard, les membres de la commission de surveillance regrettent le sort réservé aux collections de botaniques " Les herbiers sont dans des couloirs, la collection de graines est reléguée dans un couloir obscur, enfin, la belle collection de bois après avoir été exposée pendant plusieurs année se trouve dans une situation analogue ".
Ils suggèrent de créer une salle de botanique au rez-de-chaussée et d'exposer le bois sur les murs du grand escalier. Louis Bureau se charge alors d'étiqueter les échantillons et peut ainsi en 1903 écrire au Maire de Nantes " Des panneaux pour l'installation de la collection de bois ont été construits et disposés dans l'escalier où ils produisent un bel effet. Ces échantillons variés sont souvent consultés par les peintres et les ébénistes "

      

Le secret qui entoure l'acquisition de cette collection ne facilite pas les recherches et certaines imprécisions demeurent. Tout d'abord, le nombre d'échantillons dont il est question dans les archives, de l'ordre de 20000, dépasse largement les 6901 spécimens actuellement dénombrés. Par contre, nous avons inventoriés 1460 échantillons provenant du jardin botanique ou du muséum national, annotés respectivement hP (hortus Parisiensis) et Mn qui pourraient correspondre aux 1480 échantillons " doubles de la collection de Paris " dont parle Louis Bureau en 1898, lors du congrès de l'AFAS (Association Française pour l'Avancement des Sciences) .

     
catabois2.jpgcatabois3.jpg< Extrait du catalogue de la collection

La collection actuellement conservée au muséum de Nantes serait un double de la collection du muséum de Paris complétée d' échantillons provenant de la collection constituée par Louis Alexis Leferme (Indre et Loire, 1798-Paris, 1871), brossier-fabricant de pinceaux au 41 rue Aubry le Boucher (Paris 4ème) qui exposait des collections de bois dans les années 1840.

 

 

 

L'escalier bois en 1924 >  escalier_bois_1924.jpg