En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

   
   
20170127_026_TonnellierOuvert.jpg

Herbier Tonnellier

C'est le plus vieil herbier du muséum, constitué en 1789. Il contient des plantes à usage vétérinaire.

Il est probable qu'il ait appartenu au Cabinet Dubuisson, cabinet de curiosités de la fin du 18ème siècle, à partir duquel s'est constitué le muséum de Nantes, mais nous n'en avons pas de traces : il ne figure pas au catalogue et les recherches entreprises auprès de l'école nationale vétérinaire d'Alfort dont il provient n'ont pas encore abouti.

   
pesneau2.jpg

Herbier de JB Pesneau
(herbier régional)

L'Herbier régional de Jean-Baptiste-Joseph Pesneau (1775-1846), publié en 1837, et légué à la Ville en 1846, est constitué de 12 caisses contenant un ou plusieurs classeurs chacunes. L'herbier est classé par classe selon le système de Linné. La plupart des échantillons proviennent de Loire-Atlantique et quelques-uns de Maine-et-Loire et du Finistère.

   
Herbier_ouest.jpg

Herbier de l'Ouest de la France
(herbier régional)

L'Herbier de l'Ouest de la France est constitué de 31 classeurs contenant entre 46 et 174 parts (soit 90 parts en moyenne). Il est classé par famille selon la classification de Lloyd.
Il a été constitué en grande partie d'échantillons d'herbiers de Paul-Emile Citerne, d'Edouard Dufour et de parts beaucoup moins nombreuses d'autres botanistes.
La plupart des échantillons proviennent de Loire-Atlantique et de Vendée.

   
delalande1.jpg

Herbier de Delalande
(herbier général)

Cet herbier illustre parfaitement la collecte des plantes dans le contexte nantais de l'époque. L'abbé Delalande (1806-1851), professeur de sciences naturelles au Petit Séminaire de Nantes herborisait avec les botanistes locaux et correspondait avec les savants de son époque. Son herbier renferme des parts provenant de ses herborisations ou des jardins botaniques. D'autres lui ont été données par des capitaines ou envoyées par des correspondants étrangers de tous les coins du monde.
Cet herbier sera légué à la Section des Sciences Naturelles de la Société Académique en 1852, et étudié par Dufour en 1862.

   
fee1.jpg

Herbier Fée
(herbier exotique)

Antoine Laurent Apollinaire Fée (1789-1874), botaniste français, auteur de plusieurs ouvrages dont une monographie des fougères était pharmacien, professeur à la faculté de médecine et directeur du jardin botanique de Strasbourg.
Il a vendu une partie de son herbier à Edouard Dufour en 1868. Soit environ 4000 échantillons provenant d’Afrique du sud et collectés essentiellement par Drège auxquels s’ajoutent environ 1000 échantillons du Brésil récoltés par d’autres grands naturalistes comme Commerson, ou Martius. A cela s’ajoute une centurie de fougères de Guadeloupe récoltées par l’Herminier.
Cet herbier est d’une grande valeur scientifique du fait qu’il renferme de nombreux types, c'est-à-dire des échantillons qui ont permis de décrire de nouvelles espèces.

   
jardin2.jpg

Herbier Jardin
(herbier exotique)

Edélestan Jardin (1822-1896), inspecteur de Marine parcourait toutes les mers du Globe. Passionné de botanique, correspondant du Muséum de Paris, il récoltait des milliers d’échantillons et publiait les comptes-rendus de ses herborisations.
Ses récoltes ont été dispersées dans plusieurs herbiers : Muséum de Paris, Kew, Faculté des sciences de Caen, Musée de Bayonne, Société botanique de France… et muséum de Nantes ainsi qu’il l’écrit en 1891 « Le Muséum d’histoire naturelle de Nantes est maintenant détenteur de toutes les plantes que j’ai recueillies pendant mes voyages. »
Il s’agit d’un herbier de 3640 plantes provenant d’Afrique, d’Asie, de Californie, d’Europe, d’Océanie et des Antilles.

   
billot2.jpg

Herbier Billot

Paul Constant Billot (1796-1863) professeur d’histoire naturelle à Hagueneau en Alsace est connu pour avoir publié à partir de 1846 sous forme de centuries un exsiccata des plantes de France et d’Allemagne « Flora Galliae et germaniae exsiccata ». A sa mort, il préparait les centuries 34 et 35.
La série fut continuée après 1863 par ses collaborateurs sous le nom de Billotia.

Le muséum de Nantes conserve son herbier personnel acquis par Dufour entre 1864 et début 1866. Il est composé de 74 liasses et d’une partie de l’exsiccata : centuries 32 et 33 et une liasse intitulée « matériaux pour les centuries 34 et 35 ».
L’herbier renferme près de 20000 échantillons - dont de nombreux types - de France et Allemagne mais aussi d’autres pays d’Europe: Algérie, Espagne, Italie, Suisse, Slovénie, Lituanie, Lettonie, Russie, Roumanie, Autriche.

   
HerbierJaubert_MHNN.B.10786.075.jpg

Herbier Jaubert

Hippolyte François Jaubert dit Comte Jaubert (1798 -1874) fut homme politique (élu local et député du Cher, pair et ministre), propriétaire foncier dans le Berry et industriel dans la Nièvre et le Cher et, botaniste pendant ses loisirs (membre de la Société botanique de France).
Il fit des voyages botaniques en Auvergne, dans le Midi et le Dauphiné. Il fonda une société d’histoire naturelle à Paris en 1821 avec plusieurs naturalistes. Il envoya à ses frais plusieurs explorateurs récolter en Orient.
La collection botanique Jaubert du Muséum de Nantes  contient 1960 collectes .  Les plantes ont été récoltées entre 1820 et 1863 dans l'ouest de la France mais aussi en Amérique du sud, Afrique du Nord et Asie. Ces récoltes ont été faites par plus de 150 collecteurs différents dans lesquels de grands noms de la botanique.

   
PhragmitesCommunis_1280XX.jpg

Herbier Guittot

Cet herbier de 242 plantes récoltées en Vendée par l’instituteur Jean-Louis Guittot (1863-1942) est un témoin de la pratique d'une époque où la botanique était enseignée à l’école.
Au début du XXème siècle, de nombreux herbiers d'instituteurs, comme celui-ci, ont été récompensés et exposés lors d’événements internationaux de promotion de la France.
Chaque plante est accompagnée d‘une étiquette avec le nom de l’espèce, la date, le lieu de récolte et le nom du récolteur. Ces informations permettent de comparer avec la situation actuelle et permet, par exemple, de travailler sur la région des Sables d' Olonne qui a subi de fortes modifications depuis un siècle.
Dans le cadre du projet HerbEnLoire, cet herbier a été recensé chez un particulier qui l’a donné au muséum de Nantes. Il a été entièrement numérisé et est consultable sur le site de Tela Botanica.